Les ratios d’Endettement

1- La structure financière : le ratio D/E

Le taux d’endettement net (Dette Nette / Capitaux Propres ou Debt/Equity, D/E), aussi connu sous le nom de Gearing, est un ratio qui mesure le niveau d’endettement d’une société par rapport à ses fonds propres. Plus le ratio est élevé, plus l’entreprise est endettée.

Il est préférable que le ratio d’endettement soit inférieur à 100% (ou 1). Un ratio trop élevé traduira un endettement excessif, avec les conséquences négatives qui peuvent en découler sur la solvabilité de l’entreprise, ses résultats, sur des taux d’intérêts plus élevés à payer sur les marchés financiers, etc.

Contrairement au financement par les capitaux propres, la dette doit être remboursée au prêteur, quoi qu’il arrive. De plus le financement par de la dette exige aussi le paiement régulier des intérêts réguliers.

Le risque associé aux sociétés ayant un ratio D/E>1 est donc plus élevé.

 

Certaines sociétés peuvent néanmoins avoir un ratio Dette/Capitaux Propre supérieur à 1 sans que cela soit le signe d’une mauvaise gestion : ainsi les sociétés à forte intensité capitalistique, telles que l’automobile, les raffineries, les télécoms ont tendance à avoir des ratios D/E élevé.

Un rachat massif de ses propres actions par la société (share buyback) peut également avoir un effet sur ce ratio, puisque la partie Capitaux Propres va diminuer.

Là encore, ce ratio à lui seul ne peut être suffisant pour juger de la qualité de l’entreprise, ni même de son risque concernant l’endettement.
Mais pour simplifier, nous souhaiterons ce ratio D/E< 1, et allons ajouter d’autres ratios pour juger de la dette. En revanche, un ratio D/E >2 sera éliminatoire.

 

2- La capacité à payer les intérêts de la dette : ICR

Le ratio de couverture des frais financiers par le résultat d’exploitation ( ou Interest Coverage ratio, ICR) permet de mesurer la capacité d’une entreprise à rembourser normalement ses dettes.

Ratio de la couverture des intérêts = (Bénéfice d’exploitation)/(Intérêts sur la dette) ou EBIT/Interest expenses.

Plus ce ratio  est faible, plus le fardeau de la dette de l’entreprise est important et plus la possibilité de faillite ou de défaut est grande.Un ICR faible signifie moins de profit disponible pour le paiements des intérêts et que l’entreprise est plus vulnérable à l’augmentation des taux d’intérêt.

Nous retiendrons un ICR > 3 comme critère acceptable pour ce ratio.

3- La capacité à rembourser sa dette: Dette/EBITDA

Le ratio Dette nette / Ebitda (*) calcule le nombre d’années de bénéfice nécessaire pour rembourser la totalité de la dette. Si la dette est trop élevée, ou l’Ebitda trop faible, la société risque de ne pouvoir rembourser sa dette et sa survie est donc engagée.

La encore, ce ratio s’apprécie bien évidemment selon le secteur, mais nous n’allons sélectionner que les actions dont ce ratio est <5.

 

Conclusion: Nous avons donc  à notre disposition 3 ratios pour jauger de l’endettement d’une société et éliminer celles qui nous semblent les plus risquées vis-à-vis de ce critère.

 

(*) L’EBITDA désigne les bénéfices avant intérêts, impôts (taxes), dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations. Comme son nom l’indique, il met en évidence le profit généré par l’activité indépendamment des conditions de son financement (les charges financières), des contraintes fiscales (impôts et taxes), et du renouvellement de l’outil d’exploitation (amortissements). Il est proche de l’EBE (excédent brut d’exploitation) utilisé en France.

Source: wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Earnings_before_interest,_taxes,_depreciation,_and_amortization.

Share Button

Commentaires (6)

  1. Jean-Luc

    Au sujet du ratio dette nette / EBITDA, comment définissez-vous la dette nette (court terme, long terme, crédit-bail, etc..) ? Et où trouver cette information facilement, mais de manière fiable ?
    J’espère une réponse.
    Cordialement.

    Répondre
    1. Philippe (Auteur de l'article)

      Bonjour Jean-Luc,
      Personnellement je prend l’ensemble de toutes les dettes. Il peut aussi y avoir du sens à ne prendre que les dettes long terme, mais je préfère prendre la définition la plus « large ».

      L’information la plus fiable est bien entendu directement sur les comptes publiés de la société que vous allez trouver généralement sur leur site web, rubrique « investisseur ».
      Mais elle se trouve aussi pour beaucoup de sociétés sur différents sites financiers, mon favori est MorningStar. Dans la version gratuite vous avez 5 ans de bilan, compte de résutat et cash flow.

      Prenons par exemple AT&T, vous allez dans la partie « Balance Sheet » (Bilan) et regardez « Total Liabilities » pour avoir la dette nette : http://financials.morningstar.com/balance-sheet/bs.html?t=T&region=usa&culture=en-US

      L’EBITDA est fournie dans la partie « Income Statement » soit Compte de résultat (dernière ligne) : http://financials.morningstar.com/income-statement/is.html?t=T&region=usa&culture=en-US.

      Le plus important est surtout d’être cohérent et constant dans la manière de calculer les ratios.

      Répondre
      1. Jean-Luc

        Merci pour cette réponse détaillée et très bien documentée.

  2. Artefact65

    Bonjour Philippe,

    Je te félicite pour la clarté de tes articles très pédagogiques qui m’instruisent énormément.

    Reprenant ton article RP-PR détaillant les divers ratios permettent de juger de l’intérêt d’investir dan une entreprise, je souhaiterais, pour satisfaire ma curiosité, te demander comment retrouver, dans le rapport d’activité semestriel S1 2015 d’Air Liquide :

    https://www.airliquide.com/fr/investisseurs/rapport-financier-semestriel-2015

    la valeur du ratio endettement net / fonds propres mentionnée p.4 à 59 % . En: effet endettement net publié : 7927 M€ que je retrouve facilement grâce au bilan consolidé p.17 : dettes financières courantes (1904,1 M€) + emprunts et dettes financières non courantes (6716 M€) – trésorerie et équivalents de trésorerie (693,5 M€). Total des capitaux propres du groupe : 12150,8 M €. Mais alors le debt/equity ratio calculé (7927 / 12150,8) = 65,2 %. La note (d) p. 4 précise , pour 59 % : « ajusté de l’étalement du dividende payé au 1er semestre sur toute l’année. Comment faut-il procéder, très concrètement, pour tenir compte de cet étalement du dividende et passer d’un D/E de 65,2 % à 59 % ?. Je suppose que cette question se pose pour tous les D/E des sociétés versant des dividendes (?).
    Merci de bien vouloir m’apporter ton éclairage.
    Cordialement.
    Serge

    Répondre
    1. Philippe (Auteur de l'article)

      Bonjour Serge et merci pour cette question pertinente !

      Concrètement, je me contente la plupart du temps de prendre les chiffres de MorningStar qui font tous les calculs pour nous… L’important étant aussi de suivre toujours la même méthodologie de calcul afin d’avoir des résultats interprétables.

      Pour le critère D/E, la dette prise en compte est souvent la dette à long terme.
      Je conseille d’aller voir directement les tableaux du Bilan (et de compte de résultat et de Cash Flow en fonction des ratios) et non les différents calculs intermédiaires donnés par les sociétés.

      Dans le cas d’Air Liquide, p. 19, on a pour 2014 (afin de comparer avec MorningStar) les « emprunts et dettes financières non courantes » pour un montant de 5883. Et les fonds propres (Equity) à 11536, ce qui nous donne bien un ratio d’environ 0.5.

      Le dividende n’est pas lié à une notion de dette. Il s’agit d’un aspect de CashFlow. Le dividende est payé sur le Free Cash Flow (normalement. S’endetter pour payer le dividende est un exercice qui est le signe que qq chose ne tourne pas très bien!).
      Je n’ai jamais pris en compte le dividende pour les calculs de D/E, j’avoue ne pas trop voir à quoi correspond cet état et cette note d’Air Liquide!

      Je fais simple : D/E donné par MorningStar, et éventuellement vérifié directement sur le passif du bilan consolidé, avec Dettes LT/ Capitaux propres. C’est en fait ce qui nous importe en tant qu’actionnaire : l’endettement structurel est-il trop « lourd » ou pas par rapport aux capitaux propres? autrement dit : les créanciers à long terme ont-ils trop de poids par rapports aux actionnaires (long terme aussi à priori!)?

      Répondre
  3. CHAMOISEAU

    Bonjour Philippe,

    Merci pour ta réponse. En fait comme toi, je me suis étonné de ce que les dividendes soient impliqués dans le calcul du ratio d’endettement net, car c’est la première fois, en ce qui me concerne, que je les voyais mentionnés dans le calcul de ce type de ratio. Je vais interroger le service actionnaires AL à ce sujet pour ma culture. Et par ailleurs, j’aime bien comprendre ou savoir comment les chiffres des bilans sont calculés, ce qui n’est jamais mauvais.
    Concernant ta remarque sur le fait que le paiement des dividendes par l’endettement n’est pas sain, je te suis totalement, mais alors comment expliquer que Total ne soit pas, à ce titre, (davantage) sanctionné par le marché ou par ses actionnaires ?
    Cordialement.
    Serge

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter!
Je m'abonne !