Quels sont vos objectifs ?

 « Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va ». Sénèque.

Avant même de savoir où et comment placer votre argent, quelle stratégie choisir ou quelle méthodologie appliquer à un investissement boursier, la première question à se poser est celle des objectifs.

Qu’est-ce que je veux obtenir ? A quelle date ? Pour quoi faire ? Ce n’est qu’à partir de là que vous pourrez construire la suite.

Pour ma part mes objectifs sont clairs, et ce blog décrit le chemin parcouru (et à parcourir) pour y arriver :

  • Générer un flux de revenus régulier, pérenne, et croissant, de la manière la plus passive possible.
  • Atteindre l’indépendance financière dans un maximum de 10 ans soit en 2024.

 

Analysons un peu ces 2 objectifs :

Générer un flux de revenus : mon objectif en soi n’est PAS d’amasser du capital (un stock), mais bien de créer du revenu (un flux). Cette différence entre un « stock » et un « flux » est importante car elle détermine ma stratégie d’investissement. Je ne souhaite pas « devenir riche » au sens conventionnel du terme, c’est-à-dire avoir une valeur élevée de mes biens (ou avoir une belle voiture, un bateau etc…), mais je souhaite « devenir riche» dans la mesure où mon flux de revenus passif couvre mes dépenses.

Régulier : je ne souhaite pas « faire des coups » qui me pourrait me rapporter en une fois, mais qui ne serait pas reproductible. Le flux de revenu que je vise doit être « sans à-coup ».

Pérenne : si on reprend la définition du dictionnaire  « Qui dure longtemps ou depuis longtemps. Se dit d’un cours d’eau, d’une source qui ne sont jamais à sec». Voilà, mon objectif est que ce flux dure longtemps, et ne soit jamais à sec.

Concrètement cela signifie aussi que ce flux ne peut pas venir de la vente progressive d’un capital amassé précédemment.

Il y a en effet 2 approches pour devenir indépendant financièrement : une approche «accumulation/dépense», ou dans un premier temps on amasse du capital (sans se soucier du flux) puis une fois qu’on a assez de capital, on le « consomme » régulièrement pour en retirer un revenu. Ce n’est pas ma philosophie, car non pérenne : qu’arrive-t-il une fois tout le capital consommé ? (1)

Pour moi, dès le premier euro placé, on doit générer un flux, qui durera toute la vie. Je ne compte pas sur l’entame du capital, mais bien sur le revenu généré.

Le capital (qui d’ailleurs peut fluctuer, par exemple au gré des cours de Bourse, ou des taux d’intérêts ou autre), sera éventuellement une marge de sécurité si des besoins forts ponctuels se font sentir dans le futur.

La notion de pérennité intègre également le fait que je souhaite maîtriser et diminuer les risques. Je ne suis pas un « joueur », pour moi l’investissement n’est pas forcement fun, il doit tout simplement être efficace.

Croissant : il est bien évident que le flux de revenu qu’on obtient au départ est largement insuffisant et peut même paraître insignifiant, voire ridicule. La croissance de ce flux va être liée à 3 facteurs :

  • L’investissement régulier. Il s’agit d’épargner et de placer régulièrement, tous les mois, une part de ses revenus. Même minime, cet effort dans la durée, automatique, permettra d’augmenter le flux, rendant encore plus puissant le 2éme facteur.
  • Les intérêts composés. Cet « effet boule de neige » est extrêmement puissant sur la durée (10 à 15 ans minimum). Je ferai un article juste sur ce sujet, car il s’agit d’un point souvent négligé ou sous-estimé. Investir le plus tôt possible, et pour une durée la plus longue possible, même sur des montants « faibles » génère à terme un flux impressionnant.
  • La qualité des investissements. Il est évident qu’un rendement à 6% vous rapportera plus qu’un rendement à 2%. Mais commencer tôt et investir régulièrement est prioritaire. Ce blog vous donnera des pistes (celles que j’applique moi-même) pour améliorer la rentabilité de vos investissements.

 

Passif : cela signifie que je ne veux pas y passer de temps. J’ai un travail, des enfants, des activités, des loisirs. Etre investisseur individuel n’est pas un but en soi, c’est un moyen, et ce moyen doit être le plus « léger » possible.

Idéalement, le système mis en place tourne seul, sans que j’intervienne. Aujourd’hui, ce que j’ai mis en place ne me demande qu’une heure par mois en moyenne, et il m’est arrivé de passer plusieurs mois sans m’en occuper, sans aucune conséquence négative.

Indépendance financière : c’est le moment où le flux de revenus généré par les placements est supérieur ou égal aux  dépenses contraintes. Vous avez alors le choix de continuer à travailler ou pas, ou de changer de métier, ou de travailler moins. Pour moi, l’objectif est d’atteindre ce moment dans 10 ans maximum, par l’augmentation des revenus et la diminution des dépenses (prêt immobilier, fin du financement des études, etc..).

 

Vos objectifs diffèrent peut-être des miens. Vous souhaitez peut être simplement avoir un complément de revenu pour votre retraite, préparer les études de vos enfants, ou juste pouvoir vous faire plaisir avec des revenus additionnels.

Mon conseil ? Quelque soient vos objectifs, prenez le temps de les formaliser et d’y réfléchir. Lisez ce blog (et d’autres) prenez les bonnes idées qui vous correspondent, faites votre propre stratégie et surtout agissez et soyez disciplinés !

 Alors et vous, quels sont vos objectifs ?

 (1) Certes, la « règle des 4% » (qui dit que si on retire que 4% de son capital placé celui-ci-reste intact) en théorie permet de s’affranchir du problème de la diminution du capital, mais elle est remise en cause. Et si vous vous trompez, vous risquez de vous retrouver en fin de vie avec une diminution forte de vos revenus… Sources : http://www.investopedia.com/articles/personal-finance/120513/why-4-retirement-rule-no-longer-safe.asp ; http://www.cnbc.com/id/102082938#. ; http://time.com/money/2795168/forget-the-4-withdrawal-rule/

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter!
Je m'abonne !