Suivi Avril 2016

Ventes : Aucune.
Achats/Renforcements : Sanofi, IBM,  MFA, CRCA Brie Picardie (Caisse Régionale du Crédit Agricole).

Peu de mouvements ce mois-ci, je me suis contenté de ré-investir les dividendes perçus, avec une petite contribution additionnelle, dans 4 sociétés :
2 Dividendes Aristocrats (ou presque): Sanofi a augmenté son dividende 22 ans de suite, IBM n’en est « qu’à » 20 ans, et 2 sociétés financières: MFA comme mReit, et CRCA dans le PEA, 2 « nouvelles » acquisitions que je continue de renforcer.

La nouveauté, c’est que pour ceux qui me suivent sur Twitter (@inv_individuel), vous avez pu prendre connaissance de mes mouvements en temps réel, ayant twitté les achats réalisés dans la foulée de leur réalisation.

 

Sociétés ayant distribué un dividende :

Le mois d’avril est traditionnellement un excellent mois pour la distribution de dividendes, avec le versement des dividendes annuelles de quelques sociétés françaises ou européennes.
En ce qui concerne mon portefeuille, les 20 sociétés suivantes ont distribué un dividende:
BHP Billiton, RDSA, WalMart, RioCan, Rio Tinto, Total, CYS, Philip Morris, Cominar, WP Carey, VEREIT, Dream Office, GSK, CRCA, HSBC, Mercialys, H&R, Bouygues, Vivendi, MFA.

Les montants perçus depuis le début de l’année sur mes comptes sont en progression de 11% par rapport à avril 2015, malgré la baisse des dividendes de sociétés comme BHP Billiton.

L’effet devise doit également jouer. Avec seulement 45% investi en €, j’estime que je suis trop investi en devise étrangère : je vis en zone euro, je consomme en euro. SI j’ai le choix entre 2 sociétés pour les prochains mois, je privilégierai celle en € (dans le PEA qui plus est, ce qui me permettra de bénéficier des avantages fiscaux de cette enveloppe). L’objectif théorique étant plutôt vers les 50% en €.

Bien entendu, je ne pourrais pas avoir un portefeuille 100% en Euro : cela me priverais de tout le marché US (le premier marché du monde…), dans lequel on trouve beaucoup de sociétés intéressantes du point de vue RP-PR. La diversification géographique reste un point important, mais les effets « devises » impactent aujourd’hui les montants des dividendes perçus à mon goût.

 

Avril 2016 II

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter!
Je m'abonne !