La folie Bitcoin

Le Bitcoin est devenu extrêmement célèbre récemment.

On entend beaucoup parler de cette “monnaie”, et des termes jusqu’alors inconnus du grand public fleurissent dans la presse généraliste, les JT, et même les publicités sur Facebook : crypto-monnaie, blockchain, smartcontracts, fork etc…

Son ascension est en effet fulgurante, puisqu’il est passé de moins de 1000$ début 2017 à plus de 11.000$ il y a quelques jours, soit une progression de… 1300% sur 1 an (vs 18% pour le CAC 40) !

Avec une très forte volatilité puisque après avoir dépassé les 11.000$, il est redescendu à 8600 $ en l’espace de 2 jours (pour rebondir de nouveau à plus de 10.000$).

 

Je fais donc cet article pour répondre aux interrogations que vous pourriez avoir sur ce sujet.

Tout d’abord, de quoi parle-t-on? Qu’est ce que le Bitcoin et autres crypto-monnaies?

Je vais volontairement être incomplet et simplificateur, alors que les spécialistes me pardonnent, mais le but est simplement de faire une introduction simple (simpliste) de tous ces concepts.

Bitcoin, Blockchain et Minage

Bitcoin est une monnaie électronique cryptée,  décentralisée, fonctionnant de pair à pair sans autorité centrale.

La gestion de la monnaie est répartie de façon entièrement distribuée sur tous les “noeuds” du réseau (les ordinateurs), de façon à ce que le bon fonctionnement du système ne dépende pas de l’intégrité ou de la compétence d’un émetteur central, comme une banque, mais uniquement de la robustesse des procédés cryptographiques employés.

La gestion des transactions et la création de bitcoins est prise en charge collectivement par le réseau. Autrement dit, pas de banque centrale, pas de serveur central. Cette monnaie est donc indépendante de tout pouvoir politique (Etat) ou économique (FED, BCE).

La blockchain

La gestion des transactions repose sur une technologie appelée “blockchain”. Toutes les transactions (autrement dit le fait de recevoir ou envoyer de l’argent) sont enregistrées sous forme de fichier appelé “block”, ces blocs sont stockés les uns à la suite des autres, ils forment une “chaîne de blocs”. C’est comme ça que le terme “Blockchain” est apparu.

La blockchain contient l’historique de toutes les transactions depuis l’origine. Cela permet donc à quiconque a accès à cette blockchain (tout le monde peut y avoir accés!) de déterminer qui à fait quoi, en reconstituant les acquisitions et les dépenses. Des mécanismes permettent de garantir l’intégrité de cette blockchain, et elle n’est pas stockée dans un endroit centralisé, mais comme on l’a vu, chaque nœud du réseau a une copie de l’intégralité de la blockchain: il n’y a pas de possibilité de modifier l’historique des transactions de manière unilatérale (si vous souhaitiez modifier la blockchain pour vous attribuez qq milliers de bitcoins frauduleusement par exemple…).

C’est toute la force du Bitcoin : il n’y a pas d’autorité centrale, ce sont les ordinateurs qui s’accordent entre eux grâce à l’algorithme complexe du Bitcoin.

Les ordinateurs du réseau vérifient constamment l’historique du Bitcoin. Ils peuvent prouver tout l’historique des transactions. Tous les ordinateurs sont donc en quelque sorte les garants de l’intégrité du Bitcoin.

Minage et validation des blocs.

Les Bitcoins sont créés par “minage”. Mais contrairement au charbon, pour “miner” un Bitcoin il vous faut des ordinateurs de plus en plus puissants, pour effectuer des calculs mathématiques pour le réseau afin de confirmer des transactions et augmenter la sécurité. “Miner” désigne l’opération qui consiste à valider les nouvelles transactions dans un nouveau bloc de la Blockchain et être rémunéré pour cela, par la seule création de Bitcoin possible.

Il y a environ 1 nouveau bloc validé toutes les 10 minutes.

Contrairement au charbon, la quantité de Bitcoin est finie et connue: il y aura un maximum de 21 millions de Bitcoins en tout (par construction du code informatique). Aujourd’hui, plus de 16 millions de Bitcoins ont déjà été minés.

Pour aller plus loin, je vous recommande l’excellent cours gratuit d’OpenClassroom, qui explique de manière simple mais complète tous les concepts de base : comprendre-le-bitcoin-et-la-blockchain

Et si vous préférez quelque chose de plus rapide et ludique,  je vous conseille ces 2 vidéos sur Youtube: D’abord celle-ci. Puis celle là .

Les autres crypto-monnaies

Chaque avancée technologique donne naissance à des (groupes de) monnaies différentes. Ainsi, la notion de “smart contract” est à l’origine d’Ethereum, la deuxième monnaie la plus utilisée (ou du moins avec la capitalisation la plus forte). Je ne vais pas aborder le sujet de smart contracts ici, c’est un blog sur l’investissement, pas sur la technologie, mais si vous voulez en savoir plus, c’est ici.

Les ICO

Et si vous développez de nouvelles applications sur la technologie blockchain, une manière simple de lever des fonds pour votre start-up est de faire une “ICO” : Initial Coin Offering. Vous émettez des “token”, des jetons, que les investisseurs peuvent vous acheter via des crypto-monnaies, souvent bitcoins ou ethereum. Ces token permettront à son détenteur de recevoir une partie des bénéfices générés par l’entreprise, comme un dividende avec une action.

Et cela représente aujourd’hui une part importante de financement : d’après le JDN, depuis début 2017, les entrepreneurs de la blockchain ont levé plus de 3 milliards de de dollars via des ICO, contre 295 millions de dollars auprès des VC, selon une étude de Coindesk.

 

Le bitcoin n’est donc qu’une des très nombreuses monnaies cryptées et token existantes. Il en existe en effet plus d’un millier : Le Bitcoin et ses dérivés (les “forks” : Bitcoin Cash, Bitcoin Gold), les  Ethereum, Monero, Lisk, Litecoin, Potcoin, Neo, Komodo, etc, etc,…

Vous avez des sites qui vous donnent la liste de toutes les crypto-monnaies, avec leur taux de conversion en $, et leur capitalisation (de 180 Md $ pour le Bitcoin à … 8 $ pour AppleCoin) comme par exemple : coinmarketcap.com

Le Bitcoin, à quoi ça sert?

Le bitcoin étant une monnaie, cela sert… à réaliser des transactions financières. Même si elles sont aujourd’hui tout à fait marginales par rapport à d’autres systèmes (pensez à PayPal, Western Union, Visa, MasterCard, American Express, etc..). Mais ces transactions en Bitcoin n’ont pas besoin de banques, d’un compte en banque ou autre procédé centralisé…

Du fait de son fonctionnement particulier, le bitcoin a longtemps été associé aux activités criminelles et aux transactions illicites, pour acheter de la drogue,  ou payer des rançons à des pirates informatiques, blanchir de l’argent gagné grâce à toute sorte de trafics. Notamment parce que la technologie de la blockchain préserve l’anonymat de ses utilisateurs. En effet, les transactions sont publiques, mais les possesseurs du bitcoin sont anonymes. Ce qui n’empêche pas la police d’arriver à remonter aux possesseurs de Bitcoin dans certaines affaires…

Mais progressivement le Bitcoin perd de son aura “sulfureuse” et son usage se “démocratise” de plus en plus, des citoyens ou des institutions ordinaires commencent à l’utiliser partout dans le monde. Commerces en ligne, alternative à la monnaie nationale dans certains pays (les gouvernement ne voient pas cela d’un très bon oeil !), naissance de fonds d’investissement en Bitcoin, etc…

Les cours ont aussi été dopés par l’annonce du CME, la Bourse de Chicago (Chicago Mercantile Exchange) de  contrats à terme sur le bitcoin.

 

Et du point de vue de l’investisseur individuel ?

On a vu très rapidement ce qu’était le Bitcoin et les crypto-monnaies. Faut-il investir sur celles-ci?

La réponse est simple :

Acheter des bitcoins (ou des crypto-monnaies) n’est pas de l’investissement !

 

C’est de la spéculation, on est sur des transactions type Forex et pas du tout sur de l’investissement ou même du trading d’actions. Il n’y a pas de valeur intrinsèque, pas de création de valeur en soi, pas de ROE, d’analyse fondamentale, rien de tout cela.

Cela ne rentre en aucun cas dans la philosophie de l’Investisseur individuel, de gestion sans risque pour faire croitre un revenu régulier.

C’est du casino,du jeu. On s’efforce de surfer sur la bulle.

Sauf que… j’avoue… j’ai acheté des Bitcoins. Et des Ethereum, Monero, Lisk, Potcoin ou autre ZCash!

Pourquoi? d’une part, cela rentre dans ma poche “fun money”. Si vous ne savez pas ce qu’est la “fun money”, allez lire cet article : Fun Money

Cela représente moins de 2% de mon capital :  je peux me permettre de perdre cet argent.

Et le sujet est intéressant en soi, cela permet de mieux comprendre de quoi on parle. Acheter et posséder des crypto vous permet de réellement vous impliquer, au delà de quelques lectures rapides ou voir des reportages visant le sensationnel.

Et d’autre part, j’ai un maximum de perte potentielle de 100% (je n’utilise pas de levier !), mais un potentiel de gain bien plus important (je rappelle : croissance de 1300% en 1 an ! ça fait rêver…)

J’ai commencé il y a à peine 2 mois (le 3 octobre 2017 exactement), et j’ai remis au pot (j’ai du mal à dire “investir” dans ce cas) régulièrement de petites sommes. Au total, j’ai fait plus de 50% en 2 mois. Et sur certaine monnaies, plus de 300%…

Mais attention, d’une part rien ne dit que ça va continuer, d’autres part la volatilité est gigantesque! Bitcoin, la plus grosse capitalisation de toutes les cryptos, peut perdre 20% de sa valeur en quelques heures… pour les regagner en 2 jours!

Comprenez-moi bien : je n’encourage personne à “investir” sur du Bitcoin ou autre, mais si vous avez un petit montant à consacrer à de la “fun money”, pourquoi pas! Vous allez vivre toutes les émotions de l’investisseur à pleine puissance : peur et avidité. Ça a monté! je vends? je remets au pot? mais si ça s’effondre? oui mais si ça fait +1000%? ou +10.000%? (on voit de tout sur internet…).

Bien sur, cet univers en est à ses tout début. Pas de régulation, la loi de la jungle, aucune protection juridique, déjà quelques scandales (MtGox), d’autres à venir, …

Et des passions qui se déchainent, entre ceux qui considèrent que c’est de la pure arnaque et qu’on est dans une bulle qui va s’effondrer, contre ceux qui déclarent que les premiers n’ont rien compris, que les techno sont là pour rester et se développer, et que compte tenu du nombre limité de Bitcoin et de la demande croissante, celui-ci va forcement “exploser” et valoir dans quelques années 30.000$, 1M$ ou plus !

Sans compter ceux qui critique le bilan énergétique du Bitcoin (tout est fait via l’informatique, ce qui consomme beaucoup d’électricité), et bien entendu ceux qui crient à la Bulle, et rappelle le passé, depuis les bulbes de tulipes en 1637 jusqu’à l’explosion de la bulle internet des années 2000.

Même si je pense que les technologies développées vont être utilisées, cela ne veut rien dire sur la valorisation des crypto-monnaies, sur laquelle je n’ai pas d’avis sur la question, et là comme dans l’investissement en valeur RP-PR, ou le prix du pétrole,  je me refuse à anticiper l’avenir.

Certes, toutes les caractéristique d’une bulle sont bien là, depuis ceux qui jurent que “cette fois c’est différent”, en passant par l’envolée des prix sur quelque chose dont personne ne sait réellement quantifier la valeur, ou la multiplication des articles dans les médias grands publics… Mais on peut aussi faire de l’argent dans une bulle!

Une gestion prudente des gains, couplée à l’acceptation que toutes les sommes mises en jeu peuvent être entièrement perdues, permettent à mon sens de rentrer dans cet univers de façon sereine. Et soit de participer à une source d’enrichissement , soit de vivre une bulle – et son explosion- de l’intérieur, ce qui fait toujours une expérience intéressante et fera de vous un meilleur investisseur !

En revanche, je vous déconseille d’utiliser les services d’intermédiaires qui naissent chaque jour et qui font de la promotion agressive sur internet. La plupart du temps, ce n’est plus de la spéculation, c’est réellement de l’arnaque…

Donc si vous voulez participer à cette “folie Bitcoin”, et savoir comment acheter vos crypto-monnaies, et surtout les sécuriser, je vous invite à suivre le “mode d’emploi” du deuxième article.

Share Button

Commentaires (2)

  1. Sophie

    C’est intéressant mais je comprend pas qu’il y ait des gens qui achetent des bitcoins alors qu’on peut en avoir gratuitement. Il sufit d’aller sur les plateformes qui en offrent (une petite quantité plusieurs fois par jour. Il y a une bonne liste: xxxxxxxx avec les meilleures plateformes

    Répondre
    1. Philippe (Auteur de l'article)

      Ce qui est intéressant, c’est de voir que dés qu’on mentionne “Bitcoin”, il y a tout un tas de liens vers des sites “douteux” qui fleurissent dans les commentaires…
      La plupart sont stoppés par les anti-spam dont j’ai équipé le blog, mais certains passent les barrières apparemment!

      J’ai bien évidement enlevé le lien du “commentaire” ci-dessus, que je laisse pour l’exemple: j’invite mes lecteurs à se méfier énormément de tout ce qui gravite autour des cryptos. ET de prudemment s’en tenir à des actions de rendement “RP-PR” dans le doute…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *