Suivi Mars 2017

Mars 2017

Achats : Nombreux renforcements : ABCA, Eutelsat, GAP, Target, CBL, BNP, Orange, CYS, TOTAL, CRCAM, Sanofi, Valero, LaSalle et Lexington (ouf!).
Et BRK.B.

Vente : Aucune.

Commentaires:

Je commence tout d’abord par mon achat d’1 action Berkshire Hathaway.
Cette société ne distribuant pas de dividende, pourquoi avoir investi dans cette action?
Et bien, à l’occasion de mes 50 ans, j’ai décidé de me faire ce petit plaisir en forme de « clin d’oeil », d’hommage à Warren Buffett, que je cite abondamment dans le blog.

Je n’ai pas assez d’argent pour m’offrir BRK.A (250.000$ l’action…), je me suis donc rabattu sur BRK.B, plus abordable (170$)!
Je n’attend rien de spécial de cette unique action, mais voilà, c’est pour le geste.

Les autres achats sont des renforcements, un peu « tout azimuth », suite à des rentrées de cash sympathiques (mes commissions). Je n’ai de nouveau pas tout investi, j’ai essayé de ne renforcer que les sociétés pas hyper-survalorisées.
Je n’aime pas l’idée de garder trop de cash. Cela finirait presque par ressembler à du market timing (quelle horreur! 🙂 ). Mais j’ai mis en réserve (fond Euros d’assurance vie) des fonds pour une éventuelle future correction, qui peut être, un jour…

Bref, je navigue entre 2 eaux: je continue d’investir chaque mois, et ce mois-ci bien plus que les 2 précédents, pour continuer à faire croitre mes dividendes mensuels, mon véritable objectif. Le fait d’avoir ce chiffre en ligne de mire permet d’ailleurs de continuer à investir régulièrement sans (trop) se préoccuper de l’état du marché.
Mais je ne dédie pas 100% de mes rentrées d’argent exceptionnelles à la poche action, préférant mettre en réserve sur des supports moins rémunérateurs, mais garantissant le capital, de quoi pouvoir un jour ré-investir si le marché devait corriger sévèrement.
Une forme de diversification prudente entre classes d’actifs

Je me « force » aussi à investir régulièrement sur les sociétés de mon PEA, même si certaines sociétés sont actuellement bien valorisées.

  • d’une part parce qu’elles sont pour la plupart en Euros, et cela limite mon exposition aux risques de change. Quand l’Euro valait 1.4$, le « risque » me paraissait tout à fait raisonnable, l’achat de sociétés américaines étant rendu meilleur marché par la force de l’Euro. Mais aujourd’hui,avec un Euro à 1.06 $, et des actions américaine très bien (voire trop) évaluées par le marché, il y a un vrai risque. Bien entendu, en sens inverse, le montant des dividendes versés par les sociétés américaines, lui, bénéficie de la faiblesse relative de l’Euro par rapport au Dollar!
  • d’autre part bien entendu parce que le PEA est une « niche fiscale » qu’il faut absolument utiliser en phase de constitution de sa rente! L’intégralité des dividendes sont perçus en franchise d’impôts et de prélèvements sociaux tant qu’il n’y a pas de retrait. Cela favorise d’autant l’aspect « boule de neige »!

Dividendes :
Suite aux renforcements, et bien aidé par le dollar, mon revenu brut mensuel a fait un (petit) bond en cette fin de mois.

18 sociétés m’ont versé un dividende en mars : HCP, Mattel, L.Brands, Pfizer, RioCan, Valero,  CPSI, Target, Chevron, Exxon, IBM, Cominar, Dream Office, Emerson, Total , RDSA, H&R, Ventas.

Share Button

Commentaire (1)

  1. Max Weber

    Je ne peux pas non plus m’acheter BRK.A
    Bonne idée de prendre BRK.B avec un peu de chance elle se retrouvera elle aussi à 250.000$ un jour !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter!
Je m'abonne !