Fun Money

« L’investissement sur des actions de rendement? c’est ennuyeux! »

 

Comme je l’ai écrit à de nombreuses reprises, le but de l’investissement n’est pas d’être « fun », de provoquer des montées d’adrénaline, mais tout simplement d’être efficace.

C’est vrai, acheter régulièrement, mécaniquement, des parts de sociétés distribuant des dividendes, donc à priori pas forcement la dernière biotech à la mode, n’est pas particulièrement amusant.

 

On sélectionne des sociétés pour la plupart inconnues du grand public (BHP Billiton ? qui?) ou pas forcement « sexy » (McDonald’s? sérieux?), on analyse des ratios, on achète des parts de ces sociétés, on renforce tous les mois et dans quelques très très rares cas on vend.

Pour couronner le tout, si en plus on ne s’intéresse pas aux plus- (ou moins-) values potentielles, mais seulement à la progression forcément assez lente des dividendes, ça doit être la méthode d’investissement qui s’apparente le plus à regarder l’herbe pousser !

Je reconnais qu’il y a plus « amusant », et que ce n’est pas avec cette méthode que vous allez pouvoir vous prendre pour un « loup de Wall Street » ou le nouveau Gordon Gekko (*) !

 

Si cette méthodologie a fait ses preuves par le passé, repose sur des fondamentaux sains, et qu’elle est à priori efficace (j’en suis du moins convaincu!), elle peut rebuter certains qui souhaiteraient également avoir un peu plus de fun, de sujets de discussion avec leurs amis, de montée d’adrénaline en échange de cet investissement réputé risqué.

Investir dans des actions et n’avoir pas grand choses de plus à dire que si on avait placé son argent dans une assurance-vie ou un livret A, ça peut être frustrant!

Alors, faut-il renoncer aux actions de rendement si on ne veut pas passer pour un investisseur en charentaises?

La solution? le « fun money ».

 

Ce concept consiste tout simplement à dédier une (toute) petite partie de son capital à des investissements « fun », où vous pouvez tout perdre sans aucune conséquence majeure sur vos finances.

Si vous êtes de ceux qui ont besoin de cette petite touche de folie, je vous recommande donc de dédier (pas plus de) 5% de votre portefeuille à ce genre d’investissement (ou une somme fixe que vous pouvez vous permettre de jouer et perdre).

 

Et là, faites vous plaisir, c’est open bar !

Achetez des biotechs de moins d’un an, rentrez sur des IPO de sociétés inconnues (et bien sûr déficitaires), appliquez les arcanes de l’Analyse Technique (que diriez-vous de la stochastique rapide, comme indicateur de momentum, couplée à des retracements de Fibonnaci ?), utilisez l’astrologie, achetez des turbos, tradez sur le Forex (sur des paires de devises exotiques bien entendu), suivez votre instinct, lâchez-vous !!!

Vous aurez de quoi ressentir quelques frissons, épater vos amis, vous faire des souvenirs !

Attention tout de même aux instruments financiers où vous pouvez perdre plus que votre investissement initial…

Au pire, vous aurez échangé un peu d’argent contre des sensations fortes (le frisson du jeu!) , au mieux, vous aurez la chance peut-être même de faire quelques profits (n’en tirez surtout aucune conclusion hâtive! comme au casino, il arrive qu’on ait la chance de gagner. Mais la chance pure n’est pas une méthode d’investissement très fiable sur le long terme… demandez aux gérants des casinos !).

 

Bref, une pincée de « fun money », le reste en actions de Rendement Perenne achetées à Prix Raisonnable: une recette pour relever un peu le goût de vos investissements si vous les trouvez trop fades !

 

(*) pour les plus jeunes ou les moins cinéphiles, Gordon Gekko est le personnage joué par Michael Douglas dans le film « Wall Street » (1987) et sa suite « Wall Street : L’argent ne dort jamais » (2010), réalisés par Oliver Stone.

 

 

 

 

 

Share Button

Commentaires (3)

  1. xavier

    Encore un bon article !
    D’accord qu’avec les actions RPPR on s’emm… « grave » , mais çà gagne et c’est le but d’un investisseur .
    J’utilise le « fun money » , bien que je ne soit pas joueur .
    Peut-être pour me persuader que çà mène à la ruine et/ou que je suis un piètre « tradeur » …

    Répondre
  2. Dripman

    Et bien moi, passer des ordres à répétition m’ennuie, j’ai mieux à faire de mes journées…faire le plein de ma voiture à une de mes stations-service, pour aller faire les courses dans mes supermarchés, acheter des produits fabriqués par mes usines…bref, ce qui m’éclate, c’est d’être propriétaire de superbes entreprises, qui me versent de copieux dividendes, et le feront encore dans 30 ans…
    Je suis devenu un investisseur-fainéant:une fois que j’ai identifié une société de qualité et à bon prix, j’achète et je garde, j’allege ou je renforce suivant son poids dans mon portefeuille, mais je ne solde jamais, sauf catastrophe…et encore…je suis suffisamment diversifié pour absorber une éventuelle perte définitive sur un titre!

    Répondre
  3. Veronique

    très interessant en effet! The fun woman

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter!
Je m'abonne !