Preferred Shares (1)

Pourquoi s’intéresser aux Preferred Shares ? Tout simplement car aujourd’hui il est de plus en plus difficile de trouver des sociétés RP-PR intéressantes. Les prix ont explosé, le Dividend Yield est par conséquent redescendu, et il est hasardeux aujourd’hui de trouver du rendement sans avoir un risque élevé de perte en capital.

J’ai donc recherché des moyens d’accroitre le rendement de mon portefeuille sans prendre de risques inconsidérés. Les Preferred Shares sont une des solutions.

C’est un instrument financier qui n’est pas très connu en France, mais qui me semble intéressant de présenter.

Les Preferred Shares, qu’est-ce que c’est ?

 

Nous avons vu jusqu’à présent dans le Blog  que lorsqu’une société a besoin de capitaux, elle peut faire appel à la dette, sous forme de prêt bancaire ou d’émission d’obligations, ou vendre des parts sous forme d’actions.

Il existe d’autres solutions, d’un format « hybride », qui ont des caractéristiques entre actions (titre de propriété) et obligations (titre de créance) : les Preferred Shares appartiennent à cette catégorie (un autre exemple, qui ne sera pas traité : les obligations convertibles).

Comme une obligation,  les Preferred Shares     :

  • Permettent un versement fixe de revenu, à des dates connues d’avance
  • N’ont pas de droit de vote attaché à leur possession (ou rarement)
  • Ne dépendent pas du partage des profits de la société
  • Reçoivent un « rating » de la part des agences de notation
  • Leur prix après émission dépend du « credit rating » des agences de notation et de l’évolution des taux d’intérêt.

Comme une action, les Preferred Shares :

  • Payent des dividendes, qui viennent après le paiement des impôts (et non pas des coupons) – et qui sont prioritaires sur les dividendes des actions ordinaires.
  • N’ont pas de date de maturité en général (pas de « date limite de validité »).
  • Les actionnaires en Preferred Shares viennent APRES les détenteurs d’obligations en cas de liquidation pour récupérer une partie des actifs (les détenteurs de Preferred Shares sont « juniors » par rapport aux détenteurs d’obligation), , mais AVANT les détenteurs d’actions ordinaires (Sénior sur les détenteurs d’actions standards).

Les caractéristiques principales

 

Les Preferred Shares sont proposées initialement au prix fixe de 25$ (quelque fois 50$ ou 1000$), quelle que soit la société qui l’émet.

Elles versent un dividende fixe annuel, généralement tous les trimestres.

Les Preferred Shares ont de nombreuses « options », qui modifient leurs caractéristiques. Voici les principales :

Maturity Date (Date de maturité)

Contrairement aux obligations, la plupart des Preferred Shares n’ont pas de date de maturité, c’est-à-dire de date fixe à laquelle le capital initial sera remboursé.

Redeemable / Call date

En revanche, elles ont souvent une date à laquelle elles peuvent être rachetées (« redeemed ») c’est-à-dire une date au plus tôt à laquelle la société émettrice peut décider d’exercer son « redemption right »,  racheter ses Preferred Shares, généralement au prix d’émission (Liquidation Price). Cette date est appelé « Call Date ».

Attention, il s’agit bien là pour la société émettrice d’une option, c’est-à-dire la possibilité et non l’obligation de racheter ses Preferred Shares. Il existe de nombreuses Preferred Shares qui ont largement dépassé leur « Call Date ».

Cumulative/non cumulative

La société a la possibilité de remettre à plus tard ou de sauter un dividende, sans être « mise en faillite » comme c’est le cas pour le coupon d’une obligation.

Dans ce cas, pour les Preferred Shares « cumulative » les dividendes non payés s’accumulent et seront payés ultérieurement à la reprise du paiement des dividendes ou lorsque la société décidera de racheter ses Preferred Shares.

Ce n’est pas le cas pour les « non-cumulative » Preferred Shares.

Rate reset or Floating rate

Pour les « Rate-reset » Preferred Shares, ou les « Floating rate » le montant des dividendes est revu selon des règles fixées à l’avance.

Pour les Rate-Reset, le rendement est ré-initialisé tous les 5 ans suivant le taux des obligations d’Etat à la date de mise à jour + un premium.
Pour les Preferred Shares à taux variable « Floating Rate », le rendement est mis à jour tous les trimestres, typiquement sur la base du taux Libor 3 mois + un « spread » (par exemple : LIBOR + 5.7%)

Cela permet de revoir, à la hausse ou à la baisse, le montant du dividende, en fonction des conditions du marché des taux.

Dans un environnement avec des taux d’intérêts baissiers, les Preferred Shares avec les dates de Reset les plus proches vont automatiquement perdre de la valeur, la baisse future des dividendes étant inclue dans les cours.

Il existe des Preferred Shares qui combinent un taux fixe pendant un certain temps (en général jusqu’à la date de Call), puis qui passent en mode Floating Rate  : Fixed to Floating.

Retractable/Convertible/Exchangeable

Les « Retractable » Preferred Shares donne la possibilité au détenteur de vendre ses Preferred Shares à la société, ou de les échanger contre des actions ordinaires, à une date donnée, et à un montant ou une méthode de conversion donné.

Les «Convertible / Exchangeable» Preferred Shares donne la possibilité de convertir les Preferred Shares en actions ordinaires (ou dans une autre série de Preferred Shares). Attention, cette conversion peut être à l’initiative soit de l’investisseur, soit de la société, soit des 2.

Les « Mandatory Convertible » comme le nom l’indique, donnent l’obligation à l’investisseur d’échanger ses Preferred Shares contre des actions ordinaires, à une date donnée, selon des modalités fixées à l’avance.

Perpetual

Ce type de Preferred Shares n’a ni de date de maturité ni de Call Date ou d’option « Retractable » ou « Convertible ». Elle paye un dividende fixe pour un temps indéfini. La société émettrice peut la racheter mais sans date particulière. L’investisseur n’a aucune possibilité de sortir (en dehors de la revente sur le marché). Cela rend ces types de Preferred Share sensibles à l’évolution des taux.

Le prix de marché des Preferred Shares

 

Les Preferred Shares sont émises initialement sur le marché au « Par Value», c’est-à-dire 25$ (ou 50$ ou plus rarement 1000$). Puis, cette valeur va fluctuer. Comme pour les actions, le prix des Preferred Shares vont varier avec l’attractivité de la société émettrice et le nombre d’acheteurs vs de vendeurs.

Mais surtout, comme pour les obligations, le prix va varier en fonction de 2 facteurs clefs suivants : Les taux d’intérêt et le « credit rating » de la société.

Les Taux d’Intérêt

Le prix des Preferred Shares descend quand les taux d’intérêt montent et vice-versa, exactement comme pour une obligation.

Pour les taux d’intérêt, le risque est moindre pour les Floating Rate, puis par ordre croissant, les Rate Reset, les Retractable et pour finir les Perpetuals.

 

Le Credit Rating

Le prix de la Preferred Shares est d’autant plus haut que le rating est bon, donc que le risque est faible.

Les Preferred Shares classées Investment Grade s’échangent à un prix élevé, puisque considérées de bonne qualité. A partir d’une notation Pdf-3, les Preferred Shares sont considérées Junk (on dirait « High Yield » pour les obligations).

Le risque lié au Credit Rating est moindre pour les Retractables, puis par ordre croissant , les Rate Reset, les Floating rate et pour finir les Perpetuals.

 

Autres facteurs

Le prix va également varier au cours du temps en fonction des caractéristiques de la Preferred Shares (redemption date, conversion, etc…). Le marché va anticiper les évènements futurs et le prix va s’ajuster en fonction de ces prévisions.

La liquidité de la Preferred Shares, son volume quotidien d’échange va faire varier le prix ponctuellement. Les Preferred Shares qui s’échangent avec un volume faible auront plus de difficulté à être vendues ou achetées. Ce volume dépend également du nombre de Preferred Shares qui ont été émises.

Bien entendu, le paiement des dividendes, comme pour une action ordinaire, va avoir un impact. A la date de droit au dividende (record date), le prix de l’action descend mécaniquement du montant du dividende qui sera versé.

 

Avantages/inconvénients

 

Les avantages des Preferred Shares :

Les dividendes des Preferred Shares sont payés de façon prioritaire sur les dividendes des actions ordinaires. (D’où leur nom de « Preferred Shares ».)

Cela signifie qu’en cas de coupe des dividendes des Preferred Shares, aucun dividende ne peut plus être payé aux actions ordinaires. Et la reprise du paiement des dividendes se fera d’abord pour les Preferred Shares, en payant de surcroit les arriérés de dividendes dans le cas des « Cumulative Preferred Shares ».

Le dividende est donc bien plus sécurisé qu’avec une action ordinaire.

Les dividendes sont fixes : il est soit payé, soit annulé ou décalé (et dans ce cas, le dividende des actions ordinaires sera supprimé).

Le prix sur le marché des Preferred Shares est beaucoup moins volatile que celui des actions ordinaire. Vous achetez essentiellement le dividende futur, et l’estimation du risque que la société puisse le payer. Il n’y a pas à évaluer (ou à rêver…) de futurs profits, peu ou pas d’effet de mode ou de marché hyper sur-évalué.

En cas de forte baisse du prix d’une action (CBL par exemple dans mon portefeuille), le prix de la Preferred Shares associé bouge extrêmement peu par rapport à celui de l’action.

Et comme il s’agit de dividendes d’actions, la fiscalité est celle des dividendes et non celle des coupons d’obligation, ce qui est plus favorable pour l’investisseur.

 

Les inconvénients des Preferred Shares

Avoir un dividende fixe signifie aussi que pendant un certain nombre d’années, vous ne pouvez pas bénéficier d’une hausse du dividende. L’inflation est donc votre pire ennemi…

Par ailleurs, si la société décide de ne pas racheter ses Preferred Shares, vous pouvez vous retrouver coller avec une Preferred Shares qui aurait perdu une bonne partie de sa valeur sans espoir de récupérer votre mise (contrairement à une obligation).

La forte sensibilité aux taux d’intérêt est aussi un inconvénient potentiel, même si on l’a vu, il y a des moyens d’éviter quelques désagréments avec les Floating Rate.

 

Conclusion (provisoire)

 

Nous pouvons trouver des rendements intéressants, de plus de 6%,  avec un risque de perte en capital plus faible qu’avec des actions ordinaires (mais un gain potentiel également faible et peu de revalorisation du dividende…).

Les Preferred Shares offre une diversification intéressante sur un portefeuille d’actions de rendement classique, et je viens d’investir sur ce type de valeur.

 

Dans un prochain article, je décrirai la méthode que j’applique pour choisir les Preferred Shares, quelles sont les caractéristiques à éviter ou à rechercher, quels sont les outils pour sélectionner ses Preferred Shares et j’illustrerai par quelques exemples concrets.

Share Button

Commentaires (3)

  1. gefinance

    Excellent article.
    Les ETF PFF et IPFF permettent d’investir sur les preferred shares.

    Répondre
    1. Philippe (Auteur de l'article)

      Oui, il y a des ETF , des fonds, des CEF qui permettent d’investir sur des PS. Mais je préfère investir en direct, cela me permet de mieux comprendre ce que je fais :-)!
      Je vais faire un autre article pour décrire les outils et la méthodologie permettant de faire ses choix soi-même.

      Répondre
  2. Pingback: Preferred Shares (2) | L'Investisseur Individuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous gratuitement à la Newsletter!
Je m'abonne !